Le caractère sacré de la vie

De la même manière qu’un homme pense dans son cœur… il agit !

Il y a deux points de vue représentés dans l’humanité. Ces deux points de vues sont totalement à l’opposé l’un de l’autre. C’est presque impossible de réconcilier les deux si bien que nous devons choisir l’un au détriment de l’autre. Nos actions et comportements sont déterminés par nos croyances, valeurs et priorités de vie. Comme nous le savons, la Bible est claire sur le fait que beaucoup de personnes qui se disent croyantes restent influencées par les idées du monde. Nous avons tous besoin de faire attention aux paroles si clairement énoncées dans Romains : “Ne vous conformez pas au monde actuel, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence…” (Romains 12.2) 

Le point de vue biblique de la vie est le caractère sacré de cette-ci. Nous lisons dans la Bible, la révélation écrite de Dieu, que la vie est un cadeau de Dieu, qu’elle est sacrée, qu’elle ne nous appartient pas, mais qu’elle appartient à celui qui l’a créée. Personne ne devrait lui nuire ni la toucher, et personne ne devrait ôter une vie, de sa conception jusqu’à sa mort.

Genèse 1.27 : “Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu. Il créa l'homme et la femme.”

Jérémie 1.5 : “Avant de te former dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu naisses, je t'avais consacré, je t'avais désigné prophète pour les nations.”

Psaume 139.13 : “C’est toi qui as formé mes reins, qui m’as tissé dans le ventre de ma mère.”

Le mot “Brephos” que nous trouvons dans Luc 1.41, 44 et Luc 2.12 pour désigner l’enfant que porte Marie (“Dès qu'Elisabeth entendit la salutation de Marie, son enfant remua brusquement en elle et elle fut remplie du Saint-Esprit.” / “En effet, dès que j'ai entendu ta salutation, l'enfant a tressailli de joie en moi.” / “Voici à quel signe vous le reconnaîtrez : vous trouverez un nouveau-né enveloppé de langes et couché dans une mangeoire.”), est le même mot utilisé à la fois pour le bébé qui se trouve à l’intérieur du ventre ET le bébé qui est déjà sorti du ventre à la naissance. Et cela est vital de nous interroger sur cette question posée un jour par le Dr. Jack Willke : “Si la vie commence à partir de la conception et si nous avons établi le fait qu’un bébé dans le ventre de sa mère est un être vivant, ce bébé devrait-il être protégé?”

Le point de vue biblique est le caractère sacré de la vie. La vie est sacrée, elle est sainte et elle appartient à Dieu. Vous ne pouvez pas décider de vous ôter votre propre vie. Votre vie ne vous appartient pas, tout comme la vie d’un autre être humain ne vous appartient pas non plus. Le choix de donner ou de reprendre la vie appartient à Dieu. Nous lisons cela même avant la fondation du monde : Dieu nous a créé. Nous étions présents dans son esprit. Personne n’est venu dans ce monde par erreur ou par chance. Peut-être que nos parents biologiques ne voulaient pas que nous venions au monde… mais Dieu lui le voulait. Beaucoup d’entre nous sont des “survivants de la vie”. Comme cela est écrit dans Jérémie 1.5, même avant que le prophète soit formé dans le ventre, il était connu de Dieu.

La Bible nous montre que la vie humaine est un don de Dieu et qu’elle est sacrée pour lui. Elle vient de Dieu. C’est un cadeau gratuit qu’il fait à chaque être vivant : Il donne le don de la vie. La vie est le plus grand de tous les cadeaux. Sans ce don de la vie, nous ne serions pas capables de nous réjouir des autres cadeaux que Dieu nous a donnés. La vie est le premier cadeau que Dieu a fait à chaque être vivant et c’est pourquoi, selon le point de vue biblique, la vie appartient à Dieu. Personne n’a le droit de reprendre une vie, de sa conception jusqu’à sa mort. De nos jours, avec les avancées médicales, nous voyons clairement que la vie commence lors de la conception, quand le spermatozoïde féconde l’ovule : c’est alors qu’il y a la vie. C’est un miracle. C’est une vie humaine. C’est un cadeau de Dieu et cette vie lui appartient. Nous n’avons jamais été formés par accident, même si cela n’était pas dans l’intention de nos parents, parce que Dieu a choisi de nous amener à la vie.

Ephésiens 1.4 : “En lui, Dieu nous a choisis avant la création du monde pour que nous soyons saints et sans défaut devant lui.”


<

Les jardins de la vie

En mars 2010, l’association “Bead-Chaim”
(“Pour la vie”) a consacré un nouveau ministère: “Les jardins de la vie” - un mémorial pour “ les enfants qui ne sont pas nés”, se trouvant près de Latrun. Les premiers 136 arbres furent plantés ce jour-là, arrosés par les larmes des parents et familles qui avaient perdu leur enfant à cause d’un avortement ou d’une fausse couche. Beaucoup de coeurs furent guéris.  

Dieu est en train de restaurer les familles et les souvenirs. Ce jardin est un lieu d’espoir. Toute personne ayant perdu un enfant est la bienvenue pour visiter ce jardin et planter un arbre en souvenir de ce bébé. Aujourd’hui, plus de 1200 arbres ont été plantés : des cyprès, des amandiers, des grenadiers, des figuiers et beaucoup d’oliviers.

Pour plus d’informations : www.lovelife.org.il


“Touts petits”
un chant écrit par Phil Keaggy

https://www.youtube.com/watch?v=L0QSO7yJl2Q

Qui parlera pour les petits?
Sans défense et presque abandonnés.
Ils ont le droit de choisir la vie.
Ils ne veulent pas la perdre.
Je dois parler, et toi?

Egalité des droits, égalité de temps pour les enfants à naître Leurs vies précieuses sont sur la ligne, Comment pouvons-nous nous en débarrasser?

Faire passer des lois, Des projets de lois et de nouveaux amendements.
Payer le prix et changer d’avis,
Et faire face aux jeunes accusés. 

Qui parlera pour les petits ?
Sans défense et presque abandonnés.
Ils ont le droit de choisir la vie.
Ils ne veulent pas la perdre.
Je dois parler, et toi ?  

Beaucoup viennent, beaucoup s’en vont, Conçus, mais non mis au monde.
Le nombre est astronomique, Comment pouvons-nous rester indifférents.

Petites mains, petits pieds, Des larmes pour Celui qui vous a créés.
Même si toute la terre vous abandonnait,
Lui ne vous abandonera jamais. 

Qui parlera pour les petits?
Sans défense et presque abandonnés.
Ils ont le droit de choisir la vie.
Ils ne veulent pas la perdre.
Je dois parler, et toi?

Des coeurs et des esprits en formation,
Éteints avant même d’être réveillés,
Pour tant de crimes délibérés
La terre sera bientôt secouée. 

Petites mains, petits pieds,
Des larmes pour Celui qui vous a créés.
Même si toute la terre vous abandonnait,
Lui ne vous abandonera jamais.

Qui parlera pour les petits?
Sans défense et presque abandonnés.